Peymeinade est une commune de plus de 8207 habitants (Peymeinadois) qui bénéficie d’un environnement privilégié, située au pied des Alpes, à 20 kms de la mer parmi les oliviers et les cultures florales. A 5 kms du centre historique de Grasse, Peymeinade est à une altitude moyenne de 193 mètres. C’est une cité provençale qui étage ses vieilles maisons autour de l’église du XVIIIème siècle. Au cours des années, Peymeinade a pris une expansion importante et est devenue la deuxième ville commerçante après Grasse. Environ 80 commerces actifs offrent un large éventail de produits.



Géographie


Située au pied de la colline de Cabris, Peymeinade s’étend vers le Sud jusqu’à la Siagne et la commune d’Auribeau, sur environ 4 km.
Constituée de collines et de vallons, elle est traversée par la route Nationale de Grasse, l’ancien Chemin Royal, qui délimite des espaces géographiques variés. Le climat y est méditerranéen et le Mistral, y purifie souvent le ciel.


Histoire


Peymeinade ne devient une commune indépendante qu’en 1868. Jusqu’a cette date son histoire se confond avec celle de Cabris.


L’Antiquité


Sur la commune, la présence humaine est attestée à l’époque romaine par de nombreux vestiges, en particulier une huilerie romaine sur le site du Candéou, abandonnée vers le IIIe siècle après Jésus Christ.


Le Moyen-Âge


Au début du XIIIe est édifié le village fortifié, ou « castrum », de Cabris. Le territoire de l’actuelle commune de Peymeinade constitue « l’aval » de la seigneurie de Cabris. Des chaufourniers s’installent dans l’ancienne huilerie romaine. Ils fabriquent de la chaux dans le grand four, chaux servant à tanner les cuirs de Grasse qui sont ensuite teintés en vert par les feuilles de myrte ramassées au Peygros. Au XIVe siècle, le pays est dévasté par les épidémies de peste et les bandes de « routiers » et se dépeuple pour des décennies.

Le début des temps modernes : En 1496, par un contrat appelé « Acte d’habitation », le seigneur Cabris, Balthazar de Grasse, fait venir 52 familles de la région de Menton pour repeupler le village de Cabris. Ces familles peuvent cultiver les terres qu’elles désirent mais doivent payer des droits au Seigneur de Cabris. L’aval reste inhabité mais sert de zone de culture et de parcours pour le bétail. On plante de la vigne, des oliviers, du blé, du chanvre…


L’origine et l’évolution de Peymeinade


Ce n’est qu’au début du XVIIIe siècle que certains habitants de Cabris commencent à résider en permanence dans l’aval, dans des maisons construites sur une petite colline au pied de la grande colline de Cabris.

En 1701 le toponyme « Hameau de Peymeinade » apparaît dans les cadastres. C’est cette petite éminence qui a donné son nom à Peymeinade. Pey signifiant « éminence ou colline », Meinade signifiant  » petit enfant ».

Au XVIIIe siècle la population augmente considérablement et en 1724, le hameau de Peymeinade devient paroisse. On construit une chapelle, remplacée rapidement par un nouvel édifice : l’église Saint Roch. Un peu plus tard vers 1760, on édifie la chapelle Saint Marc, au bord du chemin royal. Des hameaux apparaissent aux Jacourets et aux Jaïsous où l’on bâtit une nouvelle chapelle au milieu du XIXe siècle.

En 1868 la population de Peymeinade est supérieure à celle de Cabris et Peymeinade obtient sa séparation d’avec Cabris et son statut de commune indépendante. En 1869 intervient un autre événement majeur : la construction du canal de la Siagne. Créé pour alimenter en eau la ville de Cannes, il apporte l’eau à tous les villages qu’il traverse. La commune a alors la possibilité de construire des fontaines et lavoirs mais, par manque d’argent, elle ne le fera que graduellement.

C’est à cette époque aussi que l’on construit la ligne de chemin de fer Nice-Draguignan. La gare de Peymeinade, de troisième classe, est inaugurée le 25 août 1890. L’emplacement du bureau du chef de gare correspondait à l’emplacement de l’actuel Office du Tourisme. La salle des fêtes actuelle était la halle de marchandises. Le train circulera jusqu’en août 1944, et pris fin avec la destruction durant la segonde guerre du viaduc qui enjambait la Siagne. Jusqu’au milieu du XXe siècle Peymeinade reste une commune essentiellement rurale ; les paysans  » font la fleur » ils récoltent le Jasmin, la Rose, la Violette, la Tubéreuse pour les usines de parfums de Grasse.

A partir du milieu du XXe siècle, les terres cultivables disparaissent peu à peu au profit de constructions résidentielles.

La population est ainsi passée, entre 1970 et 2012, de 2000 habitants à 8054 habitants, ce chiffre triplant presque pendant la saison estivale. Le village de Peymeinade est devenu une ville avec toutes ses fonctions où le visiteur appréciera toutes les commodités tout en goûtant au charme de ses promenades champêtres sur les bords du canal de la Siagne ou dans la forêt de Peygros. Enfin, dans les paisibles ruelles du vieux village, le visiteur pourra découvrir également des puits et des citernes qui permettaient autrefois de stocker de l’eau et de la garder fraîche, et des maisons récemment peintes en trompe-l’oeil, par un artiste moderne, Guy Ceppa.


Les quartiers


  • Au Nord de la route Nationale, le vieux village, les hameaux des Jaïsous et des Jacourets, le coteau de Cabris, complanté d’oliviers. Le canal de la Siagne, qui traverse ces quartiers, offre une promenade au charme paisible et pittoresque.
  • Le long de l’axe routier, devenu rue principale de Peymeinade, on trouve les commerces, les écoles, la piscine et les stades de sport.
  • Au Sud de cet axe, les quartiers du Candéou, des plaines, du Peyloubier sont aujourd’hui la zone d’urbanisation la plus récente.
  • Plus au Sud encore, le Peygros et ses chênes-lièges, traversé par une piste forestière réglementée qui conduit jusqu’à Auribeau.

Quelques chiffres


CommunePeymeinade
Code Insee06095
Code Postal06530
Latitude43.6431160
Longitude6.8756820
AltitudeDe 29 à 326 mètres
Superficie9.84 Km²
Population8207 habitants
Densité826 habitants/km²
PréfectureNice (à 43 km, 43min)
IntercommunalitéCAPG
DépartementAlpes-Maritimes
RégionProvence-Alpes-Côte d'azur (PACA)