Point de situation après une semaine de Confinement

Malgré la crise sanitaire, la mairie assure la continuité du service public. Beaucoup de services sont en télétravail et mode visio-conférence pour les directeurs.

Elle privilégie d’abord la sécurité des habitants et l’aide sociale envers les personnes vulnérables.

  • La sécurité est assurée par la police municipale pendant les heures ouvrables. Des patrouilles sécurisent les quartiers. La gendarmerie est en service permanent et peut répondre à toutes réquisitions. Soyez munis de votre carte d’identité lors de vos sorties et de l’autorisation de déplacement dérogatoire Et/ou du justificatif professionnel.
  • Le service social reste à l’écoute pour la prise en charge des personnes sinistrées comme lors d’un incendie de maison cette semaine.

Aide aux démunis : nous avons vidé nos frigos de cantine en offrant les marchandises aux associations sociales.

Une plateforme de mise en relation entre aidants et aidés est gérée par le service.

  • Les services techniques restent mobilisables pour les urgences (chute d’arbres, rupture de canalisation d’eau, etc)
  • Nos prestataires et fournisseurs continuent d’être payés. Ils sont invités à déposer leurs factures sur Chorus plutôt que par courrier.

APPEL AU CIVISME

  • Les déchetteries étant fermées, j’en appelle au civisme pour ne pas déposer d’objets encombrants ou tous autres au pied des poubelles collectives. La ville doit rester propre. Il y a lieu donc de garder chez soi ces objets jusqu’à la fin du confinement en vous assurant que dès la fin de cette période, je doublerai les tournées d’enlèvement à domicile pour vous débarrasser. N’ajoutons pas à cette crise des comportements générateurs de risques sanitaires.
  • S’agissant du brûlage des déchets, l’arrêté préfectoral autorise les feux de 10 à 15 h pour les résidus d’arbres fruitiers, d’oliviers et pour tout ce qui résulte des obligations légales de débroussaillement (OLD) . Brûlage interdit en cas de vent. Le brûlage des déchets verts (tonte des pelouses) est interdit ! Dans le même esprit, et pour des raisons de santé publique, je vous recommande de stocker chez vous ces déchets jusqu’à la fin de période de confinement.
  • Dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus COVID-19, la Préfecture des Alpes-Maritimes interdit les accèsaux massifs forestiers, aux berges des fleuves et des rivières de l’ensemble du département. Un couvre-feu sera en place à compter de demain mardi 23 mars. De 22 h à 5h du matin

 

Confinement et violence

 

« Parce que les violences familiale, conjugale et intrafamiliale ne s’arrêtent pas pendant la période de confinement, nous sommes là pour vous aider. Faites le 17 »

 

Les mesures de confinement actuellement nécessaires afin de lutter contre la propagation du virus COVID-19 peuvent avoir des répercussions sur la vie familiale ou conjugale.

Cet enfermement contraint pouvant amener certains individus à avoir des excès de violences envers les personnes qui l’entourent (verbal ou physique) ne doivent pas exister.

Les services de l’État et de la commune restent à votre service. 

Si vous ou un membre de votre entourage êtes victime de violence pendant cette période de confinement, n’hésitez pas à appeler les forces de police. Composez le 17.

 

Lancement de la plateforme

jeveuxaider.gouv.fr – Réserve civique COVID-19

Pour faire face, collectivement, à la crise sanitaire du COVID-19, le président de la République a appelé les Français à « inventer de nouvelles solidarités ». Chaque soir, à 20h, en applaudissant à leurs fenêtres, les Françaises et les Français témoignent leur reconnaissance aux soignants qui s’engagent sans compter face à l’épidémie. Pour que chacun puisse prendre sa part de cette mobilisation générale des solidarités, le Gouvernement lance la Réserve civique-Covid 19 jeveuxaider.gouv.fr. Afin de permettre à tous ceux qui le peuvent et qui le souhaitent de s’engager et de donner de leur temps, pour que les plus démunis et les plus vulnérables ne soient pas les premières victimes de cette crise.

Une urgence : limiter l’impact social de la crise sanitaire

Avec la crise sanitaire et le confinement, les associations, qui reposent en temps normal sur une ressource bénévole bien souvent âgée, peinent à poursuivre leur activité. Toutes souffrent d’une pénurie de forces vives, car un tiers – voire la moitié – de leurs bénévoles sont âgés de plus de 70 ans, donc confinés. Plusieurs points de distribution pour les plus démunis ont déjà dû fermer leurs portes ces derniers jours faute de bénévoles.

Le confinement fait, par ailleurs, peser un risque sur les personnes fragiles isolées (âgés, en situation de handicap, malades chroniques,…). Si nos forces sont concentrées sur le front de la lutte sanitaire, notre réponse sociale ne peut être reléguée au second plan.

La mobilisation générale des solidarités face au Covid19

C’est pour garantir la continuité des activités vitales pour les plus précaires que cette plateforme a été construite, en lien avec les plus grands réseaux associatifs et les plateformes associatives déjà existantes. Elle permet aux structures (associations, CCAS, MDPH, collectivités, opérateurs publics, etc.) de faire état de leurs besoins de renforts autour de 4 missions vitales :

1. aide alimentaire et d’urgence ;

2. garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure de l’Aide Sociale à l’Enfance ;

3. lien (téléphonique, visio, mail, etc.) avec les personnes fragiles isolées : personnes âgées, malades ou en situation de handicap ;

4. solidarité de proximité : courses de produits essentiels pour les voisins (fragiles, isolés, handicapés).

La centralisation de ces missions essentielles sur le site jeveuxaider.gouv.fr garantit leur visibilité, et donc le fait qu’aucun territoire ne soit oublié. Le caractère exceptionnel de la crise sanitaire que traverse notre pays appelle un engagement exceptionnel de chacun d’entre nous. Depuis toujours au coeur des liens indéfectibles entre les citoyens, entre les générations, entre les territoires, les associations et les structures qui assurent leur soutien aux plus démunis priorisent aujourd’hui leurs actions pour que les impacts directs et indirects de la lutte contre le Coronavirus ne laissent personne dans le besoin.